But de ce blog

Transmettre des informations sur les maladies, la pollution, et surtout sur la santé.


jeudi 10 janvier 2019

Choses stupéfiantes sur le tabac



Arrêter de fumer vous permettra de vous enrichir puisque vous mettrez de côté le budget que vous consacriez au tabac, ou plutôt à payer les taxes sur le tabac qui représentent 80 % du prix d'un paquet de cigarettes.

Il faut rappeler en effet que ce sont les Etats qui ont encouragé les populations à fumer.
En France, la consommation de tabac ne devint massive que lorsque le gouvernement eut la "brillante idée" de distribuer gratuitement du tabac gris aux soldats de la troupe pendant la Première Guerre mondiale.

Quand la guerre fut finie, il créa la SEITA ou « service d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes », et lui accorda en 1926 un lucratif monopole afin de financer les emprunts d'Etat.

Grâce aux bons soins des gouvernants, la plupart des hommes étaient en effet devenus accros à la cigarette.

La SEITA engrangea ainsi, pour le compte de l'Etat, des bénéfices à faire rêver Ali-Baba : la production de cigarettes passa de 10 milliards d'unités en 1923 à 19 milliards en 1940, pour atteindre 86 milliards en 1980.
Entre temps, en effet, le gouvernement américain s'en était mêlé : à l'occasion de la Seconde Guerre mondiale et des guerres qui suivirent (Corée, Vietnam, Afghanistan…), il envoya ses soldats dans le monde entier toujours accompagnés de cargaisons de cigarettes américaines qui devinrent un symbole de la liberté (!). La consommation de cigarettes devint, elle, un phénomène mondial.

Ce fut également à cette époque que de nombreux médecins furent recrutés par les grandes compagnies pour faire la publicité des cigarettes, célébrées pour leurs vertus apaisantes pour les voies respiratoires :

En 1980 toutefois, les gouvernements refirent leurs calculs et s'aperçurent que les sommes folles qu'ils récupéraient grâce aux taxes sur les cigarettes se trouvaient très nettement entamées par la prise en charge du cancer du poumon, des infarctus et autres décès précoces causés par la cigarette. (Notez que j'ai bien écrit « prise en charge » et non pas « traitement », le cancer du poumon se soldant par la mort du patient dans 85 % des cas, à l'horizon de 5 ans).

Au milieu des années 1960, le lien de causalité entre le tabagisme et le cancer du poumon avait été établi avec certitude [3]. La facture s'avérait énorme, dépassant largement les bénéfices pourtant mirobolants de la SEITA !
Il fallut alors pagayer à toute allure dans l'autre sens : de producteur et distributeur de tabac, gouvernements endossèrent les costumes de justiciers des populations « opprimées par la grande industrie du tabac » désignée désormais comme coupable d'avoir fait de la publicité.
La SEITA, sur laquelle on s’apprêtait à tirer à boulets rouges et dont la faillite était quasiment certaine, fut privatisée en toute hâte.

Afin de faire oublier le rôle parfaitement sournois qu'ils avaient joué dans l'affaire, les gouvernements expliquèrent qu'ils imposeraient désormais des taxes supplémentaires sur le tabac, pour dissuader les populations d'en consommer !

La suite de l'histoire est bien connue : de la Loi Evin aux images sordides sur le paquet de cigarettes en passant par les déclarations belliqueuses des ministres de la Santé qui, aussi courageux que Zorro, attaquent le « lobby du tabac », et les tentatives d'interdire la cigarette y compris sur les plages, tout un arsenal répressif a été mis en place dans le but de :

    Freiner la hausse des dépenses liées au cancer du poumon et autres maladies liées au tabac
    Soutirer des taxes supplémentaires aux fumeurs, les gouvernements continuant à avoir besoin, plus que jamais, des précieux sous rapportés par le tabac.
Si donc, cher lecteur, vous fumez et que vous souhaitez, vous aussi, cesser d'être la victime de ce pitoyable jeu de dupes, arrêtez maintenant de fumer.

Comment réduire la consommation de tabac ?

    Aujourd'hui donc, les autorités ont retourné leur veste et ne ménagent ni leurs efforts, ni les budgets publics pour faire des campagnes antitabac, des écoles jusqu'aux maisons de retraite.

Le résultat est nul :

En France, la proportion de fumeurs est passée de 34,7 % en 2000 à 31,4 % en 2005, pour revenir à 33,7 % en 2010. Autant dire une stabilité presque parfaite.

La raison, à mon avis, est que les campagnes cherchent par tout moyen à faire peur aux gens, à les angoisser au sujet du tabac, à leur dire que cela leur fait du mal, que c'est mal de fumer.
Or, on sait que c'est à l'adolescence que la plupart des gens commencent à fumer.

Quiconque a élevé des adolescents, quiconque se souvient d’avoir été lui-même adolescent un jour sait que leur expliquer qu'une chose est dangereuse et interdite est la meilleure façon de les inciter à essayer, surtout s'ils voient partout des gens qui font cette chose, et qui ne semblent pas s'en porter si mal.

Car évidemment, fumer est associé au plaisir, à la convivialité et même à la fête. On fume pour se détendre, on fume entre amis, on fume en soirée ; on accepte une cigarette pour engager une relation…

Expliquer aux gens qu'ils ne doivent pas fumer parce que c'est mauvais pour leur santé, c'est leur dire qu'ils doivent choisir entre la santé et le plaisir : « Préfères-tu une vie courte mais “fun” avec la cigarette, ou une vie triste et longue sans cigarette ? »

Poser la question, c'est y répondre… et pas dans le sens souhaité par les campagnes antitabac.

Si vous ajoutez à cela que, pour un adolescent qui ne rêve que de paraître plus que son âge, fumer est un moyen fabuleux de montrer qu'il est « déjà grand », on ne s'étonnera pas qu'ils soient si nombreux à vouloir fumer.
Voilà pourquoi il me semble que les campagnes officielles antitabac sont vraiment à côté de la plaque, et même nocives. Sans le vouloir, elles donnent presque des arguments aux jeunes pour fumer, en créant une sorte de tabou qui ne fait que générer une envie de transgression plus forte encore.

Et c'est bien dommage, car ne pas fumer est en effet la chose unique la plus importante que l'on puisse faire pour éviter les maladies.
Le seul moyen, il me semble, d'aider les jeunes à ne pas fumer, c'est de ne pas se contenter de leur dire que cela leur pourrit les poumons, leur donne mauvaise haleine et les dents jaunes.

Il faut – mais c'est beaucoup plus difficile – leur montrer des voies plus efficaces que le tabac pour se faire des amis, paraître grand et sûr de soi, s'amuser en soirée, se détendre, occuper les moments d'ennui et faire des rencontres intéressantes.
Il faut, et c'est tout un programme, leur montrer que la vie vaut la peine d'être vécue, qu'elle peut être longue et fun, qu'elle est même plus fun quand elle est longue et bien remplie.

Que la cigarette, dans ces conditions, loin d'être un accélérateur, est un obstacle pour atteindre le vrai bonheur. Les dépenses qu'elle entraîne empêchent d'acheter des choses nécessaires ; la mauvaise haleine du tabac ; les maladies qui risquent de s'ensuivre empêchent d'accomplir des projets vraiment importants pour soi et pour le monde.

Encore une fois, j'ai conscience d'être utopiste. Je sais que mon programme n'est pas aussi simple, et de loin, que d'obliger les fabricants de tabac à coller des images affreuses sur leurs paquets.

Cela demande du temps et, plus difficile encore, cela demande des adultes qui aient eux-mêmes trouvé le moyen de mener une vie qui a du sens, et qui puissent transmettre un message positif aux jeunes sur la vie.

Toutefois, une raison d'être optimiste est que faire ce travail de transmission ne sert pas uniquement à prévenir le tabagisme. Bien au contraire, ce n'est qu'un effet collatéral, certes réjouissant mais néanmoins secondaire, d'un vaste mouvement vers un monde meilleur.

À votre santé !
Jean-Marc Dupuis 


Commentaire de Pierre :

Jésus a dit : "Celui (celle) que le Fils affranchi est réellement libre".
Faites lui confiance, repentez-vous,  et Il vous délivrera puisqu'Il l'a promit !

 

mercredi 12 décembre 2018

Cancer du sein

Prévenir le cancer du sein par le mode de vie

Le silence reste assourdissant sur toutes les approches naturelles qui permettent de faire baisser le risque de cancer du sein.

Ces approches sont d’autant plus intéressantes qu’elles ont un effet global : le risque de nombreuses autres maladies invalidantes ou mortelles diminuera en même temps que se réduira le risque de cancer du sein pour celles qui les pratiquent.

J’en rappelle les principales :

•    éviter l’obésité et le surpoids, le tabac, la sédentarité ;
•    ne pas suivre un traitement de la ménopause par hormones de substitution synthétiques ;
•    allaiter exclusivement jusqu’à l’âge de six mois ;
•    s’exposer tous les jours au soleil pendant au moins 20 minutes sur les 3/4 du corps ou prendre un complément de vitamine D3 à 1 500 UI par jour ;
•    réduire sa consommation de sucres, de glucides, y compris les féculents et les sucres dits « lents », et augmenter celle de bonnes graisses, en particulier les oméga-3 d’origine animale ;
•    manger plus de légumes frais biologiques de saison ;
•    diminuer sa consommation de produits laitiers ;
•    prendre une complémentation en sélénium (276 mg par jour) pour les femmes portant le gène BRCA1 défectueux ;
•    consommer des aliments anti-cancer quotidiennement (chou, brocoli et autres légumes de la famille des crucifères, si possible crus ; resvératrol présent dans le raisin et le vin rouge ; curcuma et autres épices antioxydantes) ; •    faire de l’exercice physique régulièrement et si possible en plein air ;
•    éviter totalement la pilule contraceptive de 3e ou de 4e génération, ainsi que les autres pilules pendant plus de 10 ans de sa vie ;
•    limiter son exposition aux pesticides ;
•    éviter les déodorants à l’aluminium, y compris à la pierre d’alun ;
•    restreindre son exposition aux ondes électromagnétiques (téléphone mobile, Wi-Fi, principalement).


Bien entendu, le risque zéro n’existe pas, et ces saines habitudes ne donneront à aucune femme l’assurance à 100 % de ne jamais avoir de cancer du sein.

Jean-Marc Dupuis

Commentaire de Pierre Danis  :

Le cancer (et la maladie en général), est une des multiples conséquences de la rébellion de nos ancêtres Adam et Eve contre le Créateur. La mauvaise manière de vivre que nous avons adoptés aujourd'hui ne fait qu’aggraver le problème. Je vous invite vivement à lire la Bible.


vendredi 2 novembre 2018

Pollution mentale des enfants !


Le but de l'école est d'instruire les enfants en leur apprenant à lire, à écrire, à compter, etc...
Mais malheureusement...
L'école pourrit les enfants !
DIEU aime particulièrement les enfants et les confie aux bons soins de leur parents.
Chers parents, soyez courageux et protégez vos enfants.
Pierre